top of page

CHRONIQUE LITTÉRAIRE : Février 2023

Dernière mise à jour : 7 févr. 2023

En février, le Saint-Suave souligne le Mois de l'Histoire des Noir.e.s. Dans l’article qui suit, Marie-Noëlle vous propose deux livres disponibles au Saint-Suave pour engager ou participer à la discussion.

 

Il est temps que je te dise. Lettre à ma fille sur le racisme, David Chariandry (Zoe)


« David Chariandy a beau être né au Canada, une femme dans un restaurant éthique lui fait comprendre qu'il n'est pas ici chez lui. Même s'il a grandi dans ce pays pourtant réputé plus tolérant que les États-Unis, il y a été souvent traité de nègre. Dans cette lettre ouverte qu'il adresse à sa fille de treize ans, il est question d'appartenance ; de ses ancêtres à lui, d'origines afro-asiatiques ; de son identité à elle, dont la mère est issue de la grande bourgeoisie canadienne blanche. Pas de hargne pour parler de la profonde blessure du racisme, mais une lucidité, une pudeur et une tendresse qui font de ce texte important une invitation à se déterminer librement : un véritable manifeste dans la continuité de James Baldwin. »


Ce livre m’a complètement absorbée, et ce, dans un moment où je peine à rester accrochée aux œuvres que j’entame. Comment un père peut-il expliquer l’inexplicable à son enfant? Raconter ce monde parfois si laid à sa fille qui, peu à peu, prend conscience du racisme qui l’entoure? Chariandy y arrive avec tant d’adresse en prenant soin de faire ressortir toute la beauté, la créativité et la résilience des Noir.e.s.


Rares sont les livres qui me font pleurer, mais celui-ci m’a rendu les yeux humides à plus d’une reprise. Cette voix d’un père inquiet, mais rempli d’admiration pour la force de ses enfants est particulièrement poignante. Bien que ce livre renferme évidemment des histoires douloureuses, une lumière vive en émane.


Je recommande cette lecture plutôt courte à absolument tout le monde de plus de 13 ans. Les mots de Chariandy détiennent le pouvoir, j’en suis certaine, de toucher l’humanité de chacun.e.

 

NoirEs sous surveillance. Esclavage, répression, violence d'état au Canada, Robyn Maynard, (Mémoire d'encrier)


J’avais entendu beaucoup de bien à propos de cet ouvrage qui a notamment été récipiendaire du Prix des Libraires dans la catégorie « Essai » en 2019. Ce n’est toutefois que récemment que je m’y suis plongée et ouf, quelle lecture!


Dans ce livre, l’autrice, militante féministe et activiste noire, Robyn Maynard retrace l’histoire de la construction du racisme au Canada. En s’appuyant sur un travail de recherche documentaire impressionnant, elle explique comment le colonialisme et l’esclavage ont fabriqué le Canada d’aujourd’hui au sein duquel le racisme systémique continue de sévir. Maynard répertorie aussi les manières dont ce racisme s’exprime toujours à l’époque actuelle et comment celui-ci affecte le quotidien des Noir.e.s.


« NoirEs sous surveillance » c’est une lecture qui fait mal, car elle nous oblige à regarder l’histoire du Canada et sa situation présente sans lunettes roses. Pour être honnête, j’ai dû déposer le livre à plusieurs reprises, car les exemples cités de violences perpétuées à l’égard des Noir.e.s étaient trop difficiles à lire. Je suis toutefois contente d’être passée au travers de cet ouvrage, car il est extrêmement important et éclairant. Si vous avez l’espace mental pour le faire, je vous recommande ardemment de lire cet essai.







42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page