top of page

CHRONIQUE LITTÉRAIRE : Juin 2023

Nous sommes d’avis que les auteur.ices de la communauté 2SLGBTQIA+ doivent être reconnu.es 365 jours par année, mais Marie-Noëlle souhaitait quand même profiter du Mois de la Fierté pour vous offrir cet article qui, nous l’espérons, sera source d’inspiration pour vos prochaines lectures queer.


 

En juin, c’est mois de célébration au Saint-Suave! Pour le Mois de la Fierté, je vous ai concocté un billet qui met en vedette cinq livres créés par des écrivain.es issu.es de la communauté 2SLGBTQIA+. Au menu: essai, poésie, roman poétique pour jeunes adultes, comédie romantique et un précieux ouvrage de référence pour s’éduquer et devenir un.e meilleur.e allié.e.


 

La guerre est dans les mots et il faut les crier, Florian Grandena et Pierre-Luc Landry (Triptyque)


La guerre est dans la mots et il faut les crier est un essai qui a été publié en février 2022 dans la collection Queer de Triptyque. Bien que celui-ci ait été rédigé par des universitaires et qu’il contienne une bibliographie bien étoffée, l’écriture demeure captivante, parfois drôle, souvent décapante et résolument contestataire. C’est pourquoi je l’ai lu en une journée de façon presque frénétique.


Dans leur livre, Grandena et Landry remettent en question notre rapport aux mots, déconstruisant, ainsi, les schémas mentaux figés qui occupent nos esprits et par lesquels nous saisissons le monde qui nous entoure. S’inscrivant dans la mouvance queer, les auteur.ices célèbrent la fluidité et le recours à l’imagination et à la pensée critique pour penser un monde et des discours différents de ceux hérités des groupes dominants.


Pssst! Il y a un segment du livre qui s’intéresse aux figures à la Éric Duhaime qui, malgré leur orientation sexuelle qui diverge de l’hétérosexualité, causent énormément de tort à la communauté queer. J’ai lu cet essai alors qu’explosait justement le scandale autour de la pétition de Duhaime, Drag Queen: Protégeons nos enfants. C’était tristement d’actualité.

Je recommande ce livre à tout le monde, queer ou non, qui veut entamer ou poursuivre le travail de déconstruction des discours dominants. Je ne peux passer sous silence le fait que la lecture de La guerre est dans la mots et il faut les crier peut parfois être difficile puisqu’on y évoque de nombreux exemples de violences perpétrées envers les membres de la commuanuté queer. C’est toutefois un essai d’une grande qualité qui mérite, à mon avis, d’être lu par le plus de gens possible!


 

Quelqu'un

Nicholas Giguère (Hamac)


Publié en 2018, ce recueil de Nicholas Giguère raconte l’expérience d’un jeune adulte homosexuel vivant en Beauce et cumulant les soirées au seul bar gai de la place. On retrouve, dans ce livre, une poésie percutante qui s’apparente à un flot de pensées sans filtre qui défile et où se côtoient des observations presque banales du quotidien et des thèmes plus sombres comme l’homophobie, l’envie de s’intoxiquer pour se sentir exister, la solitude, la haine de soi et parfois, l’envie de mourir.


L’écriture crue et lucide de Giguère m’a passionnée au point d’être incapable de déposer son recueil le temps d’une simple pause. Elle m’a fait passer par toute une gamme d’émotions oscillant entre le rire, la tristesse et le rire très jaune. Nul besoin d’être un.e habitué.e de poésie pour pouvoir apprécier ce recueil dont la forme est plutôt accessible. Par contre, coeurs très sensibles, s’abstenir, car Giguère est brutal et ne mâche pas ses mots.


 

Souffler dans la cassette

Jonathan Bécotte (Leméac Jeunesse)


Ce court livre, publié en 2017, est un roman poétique pour jeunes adultes par lequel j’ai, moi-même (en tant que vieille adulte!), été grandement touchée. Dans ce dernier, on suit l’histoire de deux jeunes garçons du primaire entre lesquels se développent une amitié sur fond de cour d’école, de vacances d’été et de journées passées à gamer. Et bientôt, l’amitié entre ces gamins flirtera avec les premiers papillons de l’amour.


L’écriture est naïve, pure, et tellement tendre. On ne peut s’empêcher de sourire à la lecture des vers de Bécotte. Le livre se termine par contre tristement, comme c’est parfois le destin des histoires d’amour.


Je recommande tant aux jeunes adultes qui s’intéressent à la poésie et aux histoires d’amour qu’aux personnes plus âgées qui souhaitent se replonger dans la nostalgie des premiers amours et des étés d’enfance.


 

Open: a tale of love, mermaids, bassists and creepy dudes

Émilie Nantel (Autopublication)


Open: a tale of love, mermaids, bassists and creepy dudes est le premier roman de l’autrice québécoise Émilie Nantel. C’est un livre en anglais de style comédie romantique qui a été auto-publié en 2019 par l’écrivaine. Au mois de février dernier, le Saint-Suave a eu le privilège de recevoir Émilie Nantel pour une causerie à propos de son roman. Nous avons alors fait la connaissance d’une personne vraiment charmante et intéressante et il me fait plaisir de vous présenter son livre.


Open: a tale of love, mermaids, bassists and creepy dudes c’est l’histoire d’Amy, une personne bisexuelle de Montréal qui navigue les hauts et les bas des amitiés, des relations ouvertes et du polyamour.


On aime ce livre pour la grande représentation 2SLGBTQIA+ qu’il offre, pour ses nombreuses scènes coquines (😀) et pour son effet feel good. Une belle lecture à mettre sur votre liste pour les vacances!


Pour visionner l’entrevue que nous avons réalisé avec Émilie Nantel, c’est par ici: https://www.youtube.com/watch?v=nGLdDb67aL4


 

Des mots pour exister

Marie-Philippe Drouin (Coalition des familles LGBT+)


La Coalition des familles LGBT+ nous offre cet important ouvrage de référence rédigé par Marie-Philippe Drouin et illustré par Kat Tadros. Publié dans la dernière année, Des mots pour exister présente le vocabulaire le plus actuel pour nommer et mieux comprendre les identités et les familles LGBT+ du Québec.


Une des grandes forces de ce livre: les définitions qu’il renferme ont été élaborées à partir de discussions avec les personnes concernées par celles-ci!


J’ai adoré cet ouvrage pour son contenu éducatif et les illustrations colorées de Kat Tadros qui rendent le livre très agréable pour les yeux. Si vous voulez, vous aussi, vous renseigner davantage sur les identités et les familles LGBT+ du Québec, Des mots pour exister est un outil essentiel à ajouter à votre bibliothèque! En plus, les profits de sa vente serviront à financer les activités de la Coalition des familles LGBT+ dont la mission vise à améliorer l’inclusion des familles de la diversité sexuelle et de genre du Québec. Et ça, on aime ça!


 

Je vous souhaite de faire de belles lectures queer en ce mois de juin. Surveillez les stories du Saint-Suave durant tout le Mois de la Fierté pour faire le plein de découvertes littéraires qui célèbrent le talent de la communauté 2SLGBTQIA+.


Marie-Noëlle

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page